Publié le 14 novembre 2022 ·  Edvenn

Traducteurs indépendants : comment trouver de nouveaux clients ?

Le traducteur indépendant doit être sur tous les fronts. Au démarrage de son activité, être un excellent traducteur — précis, consciencieux et doté d’une belle plume — ne suffira pas à assurer votre succès, loin s’en faut. Il faut d’abord en passer par la case prospection ! Une fois votre activité de traduction lancée, trouver de nouveaux clients restera votre défi principal pour pérenniser votre entreprise. Dans cet article, nous vous présentons sept bonnes pratiques pour trouver des clients en tant que traducteur indépendant.

Bonne pratique n° 1 – Positionnez votre activité de traducteur sur LinkedIn

Dans la vie professionnelle, LinkedIn est LE réseau social à actionner car il est le plus utilisé par les décideurs BtoB. Loin d’être en perte de vitesse, il connaît actuellement une croissance à deux chiffres. Les traducteurs indépendants ont donc tout intérêt à y créer un profil dédié sur leur activité professionnelle. Si vous êtes novice sur la plateforme, veillez à ne pas mélanger les sujets et axez tous vos contenus sur votre activité de traducteur : vos expertises, votre parcours, votre veille métier, les événements à ne pas manquer, et pourquoi pas, vos réussites professionnelles, vos conseils en tant que traducteur indépendant… Laissez votre vie personnelle en dehors de ce réseau, autant que possible. Un fois votre profil créé, connectez-vous avec un maximum de vos connaissances et, dans un second temps seulement, annoncez le lancement de votre activité.
Notre conseil : listez et surveillez régulièrement les hashtag propres à votre métier tels que #translation, #xl8, #t9n, #l10n, #1nt… En plus de nourrir votre veille, ils vous permettront de trouver des petites annonces concernant des missions de traduction !

💡Lire aussi : Comment fixer ses tarifs en tant que traducteur ?


Bonne pratique n° 2 – Gardez le contact avec vos anciens camarades de formation et entretenez votre réseau professionnel

Et si vos anciens collègues de formation étaient à l’origine de votre première mission ? Si généralement, le traducteur indépendant travaille seul, il est parfois confronté à des commandes qu’il n’est pas en mesure d’honorer : volumes de traduction trop importants, contenus faisant appel à des spécialisations qu’il ne maîtrise pas, planning déjà complet… Il cherchera alors à recommander un confrère ou une consœur ou à constituer une équipe de traducteurs qu’il pilotera. Ce pourrait être vous… encore faut-il que vous soyez en relation. Pour nourrir votre réseau, pensez à prendre contact avec l’organisme de formation auprès duquel vous vous êtes formé à la traduction ou à la maîtrise des langues étrangères. Il anime probablement un groupe d’anciens élèves, autrement appelé « alumni ». Si vous êtes un ancien d’Edvenn, rejoignez dès maintenant ce groupe LinkedIn pour vous mettre en relation avec vos pairs (il est ouvert à tous ceux ayant validé l’une de nos formations certifiantes).
Pour entretenir votre réseau professionnel, il est intéressant de rejoindre un syndicat professionnel tel que la SFT. Outre les conseils et mises en relation avec des pairs que vous pourrez y trouver, cela vous permettra de figurer dans l’annuaire des prestataires linguistiques de la SFT et de trouver de nouveaux clients par ce biais.

Bonne pratique n° 3 – Rejoignez une plateforme de mise en relation dédiée aux freelances

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à recourir aux freelances et aux plateformes qui leur permettent de dénicher les profils d’indépendants dont ils ont besoin. Du côté des travailleurs indépendants, l’utilisation de ce type de plateforme présente de nombreux avantages : édition d’un profil en ligne sans passer par la case « site internet », gestion du processus transactionnel simplifié (c’est vous qui fixez vos conditions), validation des factures et gestion des paiements en ligne, statistiques… Le plus souvent, l’inscription est gratuite et permet une mise en relation sans intermédiaire avec le client. Ce service a, évidemment, un coût (souvent présenté sous la forme de « frais de gestion » d’un montant de 5 à 10 % du coût de la mission en moyenne). Il semblerait aussi que les tarifs proposés sur ces plateformes seraient plus bas que la moyenne.
Nous vous laissons faire votre propre étude de marché pour identifier la ou les plateformes qui répondront le mieux à vos besoins. N’hésitez pas à vous mettre dans la peau d’un client et à réaliser vous même l’exercice de la recherche d’un traducteur indépendant. Vous verrez ainsi quelles sont les plateformes qui sont les plus prisées par vos collègues (traducteurs). Profitez-en également pour analyser les profils des traducteurs connectés : vous pourrez vous en inspirer pour créer le vôtre (quels sont les incontournables ? Comment se différencier ?…).

Notre conseil : créer plusieurs profils sur plusieurs plateformes pour maximiser vos chances de trouver de nouveaux clients.

Voici quelques plateformes de mise en relation regroupant freelances & entreprises (liste non exhaustive) :
– Parmi les plateformes de mise en relation dédiées aux traducteurs : ProZ et TranslatorsCafé sont les plus recommandés par les traducteurs mais vous trouverez aussi traducteurs.enligne-fr.com, The Open Mic,…
– Parmi les plateformes regroupant des freelances dans divers métiers : Malt, Les bons freelances, Upwork, 404works, Fiverr, Freelancer

📝 Découvrez notre formation « Entreprendre et développer son activité dans le domaine de la traduction »


Bonne pratique n° 4 – Surveillez les annonces d’entreprises concernant de nouveaux développements à l’international

Une entreprise annonce sa volonté de partir à la conquête d’un marché qui coïncide avec votre langue cible ? Saisissez l’occasion ! Prenez contact de manière spontanée et faites connaître vos compétences (combinaison de langues, spécialisation, type de missions recherchées…). Avec un peu de chance, votre sollicitation tombera au bon moment car bien souvent, lors de l’annonce la stratégie, le plan d’action n’est pas encore véritablement mis en place. Vous pouvez traquer ces annonces de déploiement à l’international sur LinkedIn (en utilisant de bons mots clés dans la barre de recherche) ou encore dans la presse quotidienne régionale si vous tenez à travailler avec de nouveaux clients implantés sur votre territoire par exemple.

Bonne pratique n° 5 – Faites-vous référencer auprès de votre région dans le cadre de son dispositif d’aide à l’export

Saviez-vous que les régions françaises sont mandatées pour accompagner les entreprises dans le cadre de leur stratégie d’exportation ? Elles distribuent notamment des aides « visant à contribuer au financement des supports de communication en langues étrangères à vocation commerciale des entreprises ». Une aubaine pour les traducteurs qui seraient à l’aise avec cette spécialisation marketing ! Nous vous conseillons de prendre contact avec l’organisme qui octroie cette aide afin de vous faire référencer en tant que traducteur ressource. Ces organismes fournissent, en effet, des listes de traducteurs locaux aux entreprises qu’ils accompagnent dans le cadre de leur développement à l’international. En Bretagne, il s’agit du Pass Export Com délivré par la région distribué par Bretagne Commerce International. Ce type de financement existe dans toutes les régions de France sous diverses dénominations : en Nouvelle-Aquitaine, en Occitanie, ou encore en Normandie avec le dispositif « Impulsion Export ». Bonne recherche !

🎙Écoutez l’épisode #2 du podcast Translate : Comment se positionner sur le marché de la traduction ?




Bonne pratique n° 6 – Participez à des salons

L’impact commercial des salons professionnels ne faiblit pas malgré la puissance des réseaux sociaux et autres événements en ligne. La rencontre physique reste efficace pour dénicher de nouveaux clients. Mais, concrètement, où aller ? Comment faire ?
– Rendez-vous dans les salons et foires internationales ou dédiés à l’export près de chez vous.
– Recherchez tous les événements et conférences avec un positionnement international organisés par votre CCI ou tout autre organisme.
– Tapez « événement développement international + votre ville » et « salon international + votre ville » pour avoir un aperçu des rendez-vous à ne pas manquer localement.

Une fois votre listing des événements internationaux dressé, il ne vous restera plus qu’à vous munir de vos cartes de visite (indispensable), puis de partir à la rencontre des bons interlocuteurs pour trouver de nouveaux clients.

Bonne pratique n° 7 – Prenez contact avec des agences de traduction

C’est un fait : la plupart des traducteurs indépendants travaillent avec des agences de traduction (près de 80 %). Selon ces derniers, ce mode de fonctionnement présente cinq avantages principaux :
– Pouvoir se concentrer sur leur travail de traducteur plutôt que sur la recherche de nouveaux clients (62 %).
– Se reposer sur l’agence pour les tâches de gestion de projet/préparation de fichier et ainsi se concentrer sur leur mission de traduction (52 %).
– Bénéficier de volumes réguliers (39 %).
– Traduire des contenus variés pour différents profils d’entreprise (31 %).
– Bénéficier d’un paiement fiable (29 %).

Travailler avec une ou des agences de traduction peut cependant comporter des inconvénients puisque les traducteurs indépendants estiment qu’ils seront moins bien payés dans ce cas de figure (62 %), tenus à des délais non raisonnables (32 %), souffriront du manque d’accès direct au client pour des clarifications (25 %) ou encore, manqueront de retours sur leurs traductions (20 %). Voilà qui est dit ! Notez que les agences de traduction vous demanderont d’être diplômé en traduction et préféreront travailler avec des traducteurs spécialisés dans un domaine (sur ces deux points, Edvenn peut vous apporter des réponses – prenez contact via le formulaire ci-dessous). Pour les démarcher, pas de recettes miracles : transmettez-leur un CV clair, concis et centré sur votre expertise de traducteur.

Un dernier conseil pour la route : soyez patients ! Ces efforts ne paient jamais de manière instantanée. Trouver un nouveau client est un travail de longue haleine. Multipliez les actions et les canaux de prospection pour mettre toutes les chances de votre côté.

S’inspirer avec Edvenn


    Vous pourriez être intéressé par…

    Traductoscope : les événements de la traduction en 2024

    Traductoscope : les événements de la traduction en 2024

    Notre calendrier des temps forts et événements prévus pour les traducteurs en 2024 est en ligne C'est un rendez-vous désormais incontournable : la publication du Traductoscope. Edvenn vous a préparé un calendrier des principaux événements prévus cette année dans le...

    lire plus

    Les formations phares

    Formation à la traduction financière

    Formation à la traduction financière

    Devenez traducteur et traduisez dans le domaine de la finance. Accédez à un marché prisé et premium.
    Vous traduirez de nombreux textes dans le domaine de la communication financière : rapports d’activité, indicateurs RSE, prospectus, audits, business plan…
    Formation à distance.

    Formation à la traduction médicale

    Formation à la traduction médicale

    Devenez traducteur médical et exploitez un marché premium à fort potentiel.
    Augmentez vos revenus et votre qualité de vie par la spécialisation en traduction.
    Vous traduirez des textes dans le domaine médical : parutions scientifiques, rapports de recherche médicale, comptes rendus médicaux, rapports d’expertise médicaux, essais cliniques,…
    Formation à distance.

    Formation à la traduction technique

    Formation à la traduction technique

    Devenez traducteur et exploitez un marché en croissance et aux volumes importants et réguliers.
    Vous traduirez des textes dans le domaine technique : brevets, publications de recherche, synthèses de veille technologique, emballages, manuels d’utilisation, fiches produit, supports promotionnels…
    Formation à distance.